Un logiciel de pointage pour mon entreprise ?

Vous avez décidé d’équiper votre entreprise ou votre commerce d’un système de pointage ? Afin d’assurer une bonne gestion du système, il faut respecter certaines règles et procéder à certaines vérifications.  Quelques explications s’imposent.

Qu’est ce qu’un logiciel de pointage ?

Un système de pointage est composé :

  • D’une pointeuse
  • D’un (bon) logiciel de pointage.

Le logiciel de pointage est le cerveau de votre pointeuse, c’est lui qui traite les données, les organise et ensuite les exploite. Ce qui vous permet ensuite de comprendre et utiliser ces données : qui a travaillé quand et combien de temps, par exemple. Les caractéristiques et performances de votre logiciel dépendent évidemment du modèle sélectionné. Vous devez le choisir en fonction de vos besoins, c’est-à-dire en fonction de l’organisation du temps de travail dans votre entreprise. Plus elle est complexe, plus vous aurez besoin d’un matériel assorti de nombreuses applications.

Le prix de cession de licence du logiciel sera fonction du nombre de performances dont il est capable.

Quelles qualités pour mon logiciel de pointage ?

Un logiciel de pointage doit avant toute chose être simple d’utilisation et donc être facile à manipuler d’emblée. Il doit être compatible avec le plus de logiciels possibles surtout les plus courants. Veillez à ce que son interface soit associable avec le matériel que vous utilisez déjà. Il doit être fiable à court mais aussi à long terme, et donc être évolutif, s’adapter à l’évolution de votre entreprise. Vous devez pouvoir ajouter, éliminer ou modifier des logiciels en fonction des évolutions de la gestion des temps de travail dans votre entreprise. Tout cela doit être évalué avec votre fournisseur.

Un autre point que vous devrez discuter avec ce dernier sont les applications dont vous aurez besoin.

Quelques exemples d’applications possibles

  • Si les horaires dans votre entreprise sont fixes, votre logiciel de pointage peut comptabiliser les heures supplémentaires et gérer les compensations nécessaires en cas de retard
  • Le calcul des heures supplémentaires est également possible en cas d’horaires variables
  • En cas d’horaires décalés, le recalcul automatique des heures de travail d’une équipe
  • Distinction des pauses : reconnaissance des pauses payées réglementaires et des pauses non payées (par exemple, « pauses fumeurs », «  pauses allaitement », etc.)
  • Possibilité de comptabiliser les heures supplémentaires sur deux périodes de paie différentes (exemple : juin et juillet) lorsque une semaine chevauche deux mois
  • Gestion des heures ou jour de « récup’ »
  • En cas d’absence, gestion des droits en fonction de la présence : ancienneté, congés payés, chèques-repas
  • Gestion des différents types d’absences : congés « maladie », « syndical », « de maternité »
  • Possibilité d’ajouter un système de sauvegarde des données en cas de panne (d’alimentation, par exemple)
  • Possibilité de reparamétrage aisé des données, c’est-à-dire sans intervention de l’installateur
  • Avec certains types de logiciel, l’employé peut lui-même introduire certaines données quant à ses horaires, absences
  • Etc.

 

 

Applications.

Comments are closed.